Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Un été en noir (7)

Une nouvelle cuvée noire qui passe par le Mexique et l'Allemagne.

 

41QN0olwC-L._SX210_.jpg

 

Les corrupteurs, Jorge Zepeda Patterson, Mexique

Ce sont quatre amis inséparables à l'adolescence et qui se sont un peu perdus de vue. L'assassinat d'une ancienne actrice et maîtresse du ministre de l'intérieur mexicain, va les obliger à se rapprocher de nouveau. Un journaliste, une dirigeante de l’opposition, un professeur d’université et un affidé des services secrets composent ce quartet, aux aspirations différentes qui rejouent bon gré mal gré le jeu de l'amitié. Il y a bien une enquête dans Les corrupteurs mais peu importe qui a tué, ce qui anime l'auteur, c'est l'analyse des rouages de la politique au Mexique et, franchement, ce n'est pas jolie à voir. Corruption des élites, liaisons dangereuses avec les narcos, meurtres fréquents : le pays n'a pas grand chose à envier la Colombie même si sa violence est moins médiatisée. Le livre est un vrai documentaire écrit par un spécialiste de la question mais s'il  s'épanche parfois un peu trop sur le fonctionnement du pouvoir il n'en maîtrise pas moins les rouages de la fiction. Le roman est passionnant à suivre à condition d'accepter les longues conversations sur la gestion du pays et d'intégrer la ribambelle de personnages qui tour à tour occupent le premier plan. Ne sont pas moins captivantes les relations complexes entre les 4 amis soumises à de fortes perturbations quand ce n'est pas leur vie qui est mise en danger. Cette plongée dans les remugles du marigot politique du Mexique, plus ou moins adaptable à d'autres contrées, ne laisse en tous cas aucune illusion sur ceux qui exercent les plus hautes fonctions.

 

Les_Vivants_et_les_Morts.jpg

 

Les vivants et les morts, Nele Neuhaus, Allemagne

Les vivants et les morts est un polar ambitieux, d'une grande richesse thématique et avec suffisamment de fausses pistes pour s'y égarer, au moins pour un temps. Nele Neuhaus aurait pu aisément se délester de quelques personnages, histoire de nous faciliter la tâche, mais on s'y retrouve quand même, avec un peu d'attention. Le livre varie les approches : l'enquête du côté des policiers, qui est loin d'être un fleuve tranquille ; la vie privée des deux principaux flics, compliquée, on s'en doute ; la psychologie du tueur en série, à travers son agenda meurtrier. Nele Neuhaus a le talent de tout mettre en musique, y compris sur le sujet sensible du don d'organes. On n'est d'ailleurs pas obligé de souscrire aux arguments de la romancière qui semble avoir des comptes à régler avec le corps médical. Au-delà de cet aspect "militant" contestable, le livre est d'une efficacité redoutable, conduit de main de maître de bout en bout.



11/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres